Les Marguerites

Accueil Meublés Tarifs 2021 Venir Bagnoles de l'Orne Réserver Liens utiles Coronavirus

Coronavirus

 

 

Bon à savoir

Le centre de ressources du coronavirus de Harvard (lien) indique que le coronavirus (covid-19) peut survivre :

  • jusqu'à 4 heures sur du cuivre
  • jusqu'à 24 heures sur du carton
  • entre 2 et 3 jours sur du plastique et de l'acier inoxydable

Un postillon ou une goutte du virus peut rester jusqu'à 3 heures en suspension dans l'air avant de retomber. (Voir le lien Télévision japonaise NHK ci-dessous)

Pour vous tenir informés sur les moyens de renforcer vos défenses immunitaires, vous pouvez consulter le site Alternatif bien-être

Alternatif bien-être recommande

  • de ne pas utiliser un anti-inflammatoire non stéroïdiens pour une simple fièvre, une douleur (ex Ibuprofène, Diclofénac, Aspirine)

  • ne pas prendre du paracétamol pour faire baisser la fièvre. En effet, la fièvre est le premier bouclier de l'organisme contre le virus qui résiste plus difficilement à la montée de température. Préférez un bain chaud (température agréable pour vous mais pas tiède), buvez de l'eau à température ambiante et des tisanes chaudes pour compenser la transpiration, privilégiez une alimentation légère et anti-inflammatoire : fruits, légumes verts, petits poissons gras, huilles riches en oméga-3 (colza, lin, cameline), graines de lin, graines de chia...

Distance entre les personnes pour éviter une contagion : 2 mètres (lien pour comprendre pourquoi)

Recherches

Source : Sputnik France

  • Les patients guéris du Covid-19 ne sont pas forcément immunisés suite à un développement d'anticorps insuffisant. Travail en cours pour savoir pourquoi certains malades ne développent pas d'anticorps. Cas remonté par Kang Kyung-wha, la ministre des affaires étrangères en Corée du Sud le 13 avril notamment.
  • Un tiers des malades du Covid-19 peuvent souffrir de problèmes liés au fonctionnement du système nerveux : étourdissements, troubles de la conscience, altération du goût/odorat/vision, troubles musculaires. Etude menée par les médecins de l'université de Sciences et Technologie de Huazhong publiée dans le journal of the American Medical Association le 10 avril.
  • 50 à 70% des personnes infectées par le Covid-19 peuvent être asymptomatiques. Etude remontée par la directrice exécutive du Centre National pour les maladies infectieuses à Singapour, Leo Yee Sin, le 13 avril. Ces chiffres militent pour le lancement de tests à grande échelle, malheureusement la sensibilité des tests rt-PCR est encore faible : 53 à 88% selon où l'on prélève l'échantillon et le stade de la maladie. (source futura-sciences.com)
  • Le Covid-19 peut s'attaquer au système immunitaire tel le VIH. Découverte des scientifiques de Shangaï et de New York publiée le 7 avril dans Cellular & Molecular Immunology.
  • Après une exposition à 60°C pendant une heure, certaines souches du Covid-19 restent capables de se répliquer. (expérience menée par une équipe de scientifiques de l'Université d'Aix-Marseille)

Source : Alternatif bien-être

Alléluia

  1. Traitement à l'hydroxychloroquine

Le professeur Didier Raoult, directeur de l'institut hospitalo-universitaire méditerranée Infection de Marseille indique avoir trouvé le traitement (cf Le Parisien du 23 mars).

Le traitement serait de donner de l'hydroxychloroquine à raison de 600 mg par jour pendant 10 jours (sous forme de Plaquenil - nom du médicament) 3 fois par jour et de l'azithromycine à 250 mg - 2 fois le premier jour puis une fois par jour pendant 5 jours.

D'après ses résultats, le virus disparaît au bout de 6 jours. La toxicité de la nivaquine (NDLR nom d'un des médicaments à base de Chloroquine) est moindre que le Doliprane ou l'aspirine pris à forte dose. (Attention, un médicament doit être prescrit par un médecin généraliste).

Le ministère de la Santé reste encore prudent et une étude est lancée...

  1. Traitement à base d'azithromycine

Trois médecins généralistes - Didier Gastaldi, Jean-Jacques Erbstein et Olivia Vansteenberghe - en échange sur Facebook préconisent un cocktail empirique de médicaments qui s'appuie sur les recherches du professeur Didier Raoult. (cf Le Parisien du 14 avril)

La base du traitement repose sur l'azithromycine - un antibiotique qui agit également sur les virus et qui a une action anti-inflammatoire sur le parenchyme pulmonaire (NDLR : le tissu fonctionnel des poumons) à qui est combiné du zinc (NDLR : contribue au fonctionnement normal du système nerveux , du système immunitaire et à la réduction de la fatigue) via deux gélules d'Effizinc et du Singulair pour son rôle d'anti-inflammatoire sur les tissus interstitiels pulmonaires. Pour les formes sévères, est ajouté de l'héparine à faible dose pour prévenir les thromboses, les phlébites et les embolies pulmonaires.

Une des conditions sine qua non est de démarrer le traitement dès les premiers symptômes.

Les résultats sont remontés comme très positifs avec les patients traités par ces 3 médecins. Toutefois, ces traitements n'entrent pas dans les tests définis par la stratégie des autorités de santé.

  1. Traitement à base d'ivermectine

(source Alternatif bien-être)

Une étude menée en collaboration par les australiens  Biomedicine Discovery Institute (BDI) de l'université Monash et le Peter Doherty Institute of Infection and Immunity (Institut Doherty), publiée le 3 avril dans le journal médical Antiviral Research, conclut que l'ivermectine - médicament utilisé pour combattre les poux, la gale et autres infections causées par des parasites - a empêché le virus de se reproduire. Après 48h, la dose d'ivermectine injectée dans les cellules de souris a éliminé le virus.

D'autres tests doivent désormais être menés sur un organisme vivant.

Par ailleurs, le laboratoire Medincell à Montpellier travaillait aussi sur une formule injectable en vue de lutter contre le paludisme.

  1. Un médicament jugé "prometteur"

(source Le parisien du 28 avril)

Le tocilizumab, médicament utilisé en rhumatologie, testé par les Hôpitaux de Paris sur des patients avec des formes graves du Covid-19, semble permettre de calmer l'emballement du système immunitaire.

En 14 jours, les résultats étaient visibles et certains patients n'avaient plus besoin d'oxygène.

Même si les résultats sur des patients en réanimation sont en attente, le tocilizumab apparaît source d'espoir.

Attention, les découvertes ci-dessus ne doivent pas être réalisées en automédication. Les études sont toujours en cours...

Attention

Si vous souffrez d'une forte fièvre et que votre santé est fragile ou si vous vous sentez excessivement affaibli, prenez contact d'urgence avec votre médecin traitant

 

Si on vous pratique le test PCR Covid-19, le prélèvement naso-pharyngé doit, comme son nom l'indique, aller en direction et au contact du pharynx, donc s'insérer parallèlement au palais (différents reportages montrent que certains praticiens le réalisent mal avec des prélèvements nasaux faits dans le prolongement du nez en direction des sinus !).

 

Liens

  • Situation mondiale

Arcgis

Worldometers.info

Financial time

  • Organisation Mondiale de la Santé

OMS

  • Santé publique France

SPF

  • legalnomads

Article de Jodi Ettenberg  : différentes informations sont communiquées dont une remontée du journal The Guardian qui indique que 80% de la population du Royaume-Uni sera infectée dans les 12 prochains mois. La fin de l'épidémie est prévue pour le printemps 2021 (source Public Health England).

  • Télévision japonaise NHK

Propagation du virus

Intérêt du masque

Intérêt d'ouvrir sa fenêtre

Prédiction, coïncidence !

Le thriller "The Eyes of Darkness" - "Les yeux des ténèbres" - de l'écrivain Dean Koontz publié en 1981 raconte qu'un virus déclenchera une pandémie aux Etats-Unis. Des gens mourront d'insuffisance pulmonaire.

Dans cet ouvrage, le virus - nommé d'abord Gorki 400 puis renommé Wuhan 400 après republication en 1989 - est appelé l'arme parfaite. Il tue l'ennemi sans combat et sans dévaster le pays.
 

Qui croire ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Humour

Lien vers page de l'humoriste belge Pablo Andres